Très beau sonnet de Borgès
qui justifie le titre du livre d’hector abad “l’oubli que nous serons” et que son père avait dans la poche quand il fut assassiné.